Le guerrier de la lumière

Voici quelques extraits de ce fabuleux livre de Paul Coelho  « Manuel du Guerrier de la Lumière ».

Je l’utilise en tirant au sort des pages qui correspondent à chaque fois à ce que je vis et qui m’enseignent la conduite à tenir..

L’homme marchait sur la route de Damas. Il se rappelait son amour perdu et son âme était en pleurs. « Pauvre de l’être humain qui connait l’amour » pensait-il. « Jamais je ne serai heureux, car toujours peur de perdre celle que j’aime. »

A ce moment, il entendit un rossignol chanter.

« Pourquoi agis-tu ainsi? »demanda l’homme au rossignol. Ne vois tu pas que ma bien-aimée, qui aimait tant ton chant, n’est plus ici à mes cotés?

-Je chante parce que je suis content », répliqua le rossignol.

« N’as tu jamais perdu quelqu’un? » Insista l’homme.

« Très souvent », répondit le rossignol. « Mais mon amour est resté le même. »

Et l’homme sur son chemin reprit espoir.

yang yin vertLe guerrier de la lumière croit. Comme les enfants croient.

Parce qu’il croit aux miracles, les miracles commencent à se produire. Parce qu’il a la certitude que sa pensée peut changer sa vie, sa vie se met à changer. Parce qu’il est sur qu’il va rencontrer l’amour, cet amour se présente.

Il lui arrive d’être déçu. Parfois il est meurtri. Alors il entend les critiques : « quel ingénu! ».

Mais le guerrier sait que c’est le prix à payer. Pour chaque défaite, il a deux conquêtes à son actif.

Tous ceux qui croient le savent bien.

yang yin vertAvant de prendre une décision importante-déclarer une guerre, partir avec ses compagnons pour une autre plaine, choisir un champ pour semer-, le guerrier se demande  « Quelle conséquence cela aura-t-il sur la cinquième génération de mes descendants? »

Un guerrier n’ignore pas que les actes de chacun ont des répercussions qui se prolongent fort loin, et il doit savoir quel monde il laissera aux générations futures.

yang yin vert

 Et ma citation préférée pour ce soir :

Un guerrier de la lumière ne souille jamais son coeur du sentiment de haine. Quand il marche vers la lutte, il se rappelle les propos du Christ :

« Aimez vos ennemis. »

Et le guerrier obéit. Mais il sait que le pardon ne l’oblige pas à tout accepter. Un guerrier ne peut baisser la tête-sinon il perd de vue l’horizon de ses rêves. Il remarque que ses adversaires sont là pour tester sa bravoure, sa persévérance, sa capacité de décision. Ils sont une bénédiction, par ce que ce sont eux qui l’obligent à lutter pour ses rêves.

C’est l’expérience du combat qui renforce le guerrier de la lumière.

Ce contenu a été publié dans developpement personnel, guerrier moderne, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Si vous voulez laisser un commentaire c'est ici...